15 novembre 2018

Horizon Europe : chronique d’un sous-financement annoncé ?

horizon_europe.jpg

 

Une augmentation budgétaire encore insuffisante

100 Mds€ : un chiffre impressionnant et symbolique certes, mais remis dans son contexte, il ne représente que l’équivalent de 5,5% des dépenses cumulées de l’Union Européenne en matière de recherche et d’innovation sur la même période.

En 2017, la Commission Européenne a publié le rapport d’évaluation intermédiaire du programme Horizon 2020. Ces travaux soulignent qu’un nombre considérable de projets de très grande qualité n’est pas financé en raison d’une enveloppe financière trop peu dotée. En effet, sur les trois premières années de mise en œuvre d’Horizon 2020, seuls 11 108 projets ont été financés parmi 102 076 projets éligibles déposés alors que 45 632 ont été évalués comme étant de très grande qualité.  Près de 34% de projets de recherche et d’innovation de haut niveau n’ont en revanche pu démarrer faute de financement.

Ces chiffres démontrent que l’augmentation même significative du budget dans le cadre d’Horizon Europe ne permettra pas de maximiser ces chances d’ouvrir des perspectives à de bons projets.

Autre exemple sur la période 2014-2017. Sur 15 215 projets déposés à l’Instrument PME Phase 2, 729 projets ont été financés alors que plus de 6 700 projets ont atteint ou dépassé la note seuil de 13 sur 15. Autant de projets qui n’ont pas pu profiter de l’effet de levier généré par cet instrument ; soit :  1€ investi dans cet instrument, c'est 1,6€ investi par des financeurs privés selon l’étude d’impact publié début 2018 par la Commission Européenne.

De plus, à ce stade, aucun objectif d’allocation de budget d’Horizon Europe aux PME n’est évoqué contrairement à Horizon 2020 qui fixe un objectif de 20%.

Conséquences et conclusions

Ce sous-financement a des conséquences concrètes pour l’Union, ses Etats-Membres, ses entreprises, ses chercheurs et in-fine ses citoyens : de bout en bout du continuum recherche-innovation, il diminue la capacité de l’Europe à peser et anticiper sur les mutations du 21e siècle, il délaisse des gisements de croissance.  

Au vu des négociations en cours sur le cadre financier pluriannuel de l’Union, il nous paraît illusoire de disposer d’un budget couvrant 100% des besoins. Cependant la proposition de 120 Mds€ du rapport Lamy, ou mieux la proposition de 160 Mds€ formulée par le président de la Commission Européennenous semblent plus en adéquation avec la réalité des projets nécessitant un soutien financier, plus particulièrement ceux relevant de l’European Innovation Council (EIC).

Vous pouvez consulter notre communiqué de presse en français et en anglais.